Rencontre avec Benjamin Clementine

Rencontre avec Benjamin Clémentine le 8 juillet 2015 dans le cadre du Nice Jazz Festival

Votre musique est vraiment personnelle. Quels artistes vous ont influencé ?

La vie est mon inffluence. C’est vraiment ça. Mais j’aime les artistes tels qu’Eric Satie, Jimi Hendrix, Leonard Cohen, Anthony Hegarty et Leo Ferré.

Comment avez-vous conçu votre premier album « At least for now »?

J’ai écrit toutes les chansons au piano. J’ai enregistré le titre « Cornerstone» à Paris. Nous avons enregistré le reste de l’album à Londres.

Tout comme Keziah Jones il y a vingt ans, vous avez été découvert en chantant dans le métro parisien. Est-ce que vous croyez aux contes de fées dans le show business ?

Non, je ne crois pas aux contes de fées. Je crois que nous sommes tous originaux car nous sommes tous nés différents. C’est, soit je faisais quelque chose par moi-même, soit je suivais la direction de quelqu’un d’autre. J’ai donc décidé de faire quelque chose par moi-même.

En Février, vous avez reçu une Victoire de la Musique, et votre album est un succès commercial en France. Etes-vous ému par une telle reconnaissance du public français ?

Je suis ému, honoré et fier de faire partie de la culture française. Je suis un étranger ici, et je remercie les français de m’avoir adopté.