Rencontre avec Christian Vander

Rencontre avec Christian Vander, en concert le 13 février 2015 au Théâtre Lino Ventura à Nice. Il a été le parrain du Nice Jazz Festival en 2009.

Nice est une ville importante pour vous ?

Oui, effectivement, Nice et sa région sont très importantes pour moi. J’ai aussi un studio d’enregistrement dans la région, donc j’y viens souvent. C’est un symbole pour moi, j’y ai beaucoup de souvenirs… la nuit...

Vous vous êtes produit récemment dans la région, en trio. Vous avez joué la musique de John Coltrane en compagnie de deux musiciens niçois, Frédéric D’Oelsnitz et Jean-Marc Jafet.

Oui, j’ai beaucoup d’amis dans le milieu musical niçois, celui du jazz en particulier.

Quel sera le répertoire interprété lors du concert du Théâtre Lino Ventura ? Et ce concert fait-il partie de la tournée qui célèbre les 45 ans d’existence du groupe ?

Non, c’est une nouvelle approche avec beaucoup de morceaux extraits du nouvel album « Slag Tanz », et des choses plus anciennes comme « Köhntarkösz », et aussi de nouvelles compositions que nous avons commencées à répéter avec Stella Vander. Mais aussi des titres comme « Zombie », qui est un extrait d’ « Ëmëhntëhtt-Ré » enfi n un répertoire assez conséquent !

Justement, outre Stella Vander et vous, quelle sera la composi-tion du groupe ?

La formation habituelle : Christian Vander (batterie, chant), Stella Vander (chant), Philippe Bussonnet (basse), James Mac Gaw (guitare), Hervé Aknin et Isabelle Feuil-lebois (chant), Benoît Alziary (vibraphone - un autre niçois !) et enfi n Bruno Ruder, qui avait déjà fait partie de Magma, nous a rejoint au piano. Il sera avec nous pour ce concert. Une très belle formation de Magma. Je pense que nous allons donner un grand concert.

Une dernière question : vous qui avez été un homme controversé quelle est votre opinion sur les événements actuels ?

Je pense que c’était prévisible, il y a un climat étrange... hélas, ça ne fait peut-être que commencer....j’ai été effaré. Les gens de « Charlie » étaient des gens de notre génération, du début des années 70, Klaus Blasquiz (ancien chanteur de Magma), les connaissait très bien.

Propos recueillis par Gilbert Alto