Rencontre avec Pierre Bertrand

Pierre Bertrand en concert le mardi 17 juillet à 19h30 au Théâtre de Verdure pour le Nice Jazz Festival

Compositeur, arrangeur, réalisateur, producteur, saxophoniste, flûtiste, professeur, l’azuréen Pierre Bertrand est bien plus qu’un chef d’orchestre multi-casquettes. Après des études au Conservatoire de Nice, il intègre le conservatoire de Paris où il obtient également de nombreux prix et diplômes. En 1998, il fonde le Paris Jazz Big Band avec Nicolas Folmer et depuis 2006, il dirige le Nice Jazz Orchestra regroupant les meilleurs solistes de jazz de la Côte D’Azur. Son Curriculum vitae dévoile un musicien touche à tout et témoigne de son hyperactivité. Il a été engagé comme chef d’orchestre pour de nombreuses manifestations et émissions de télévision phares en France et a signé de nombreux arrangements orchestraux pour Claude Nougaro, Nikos Aliagas et bien d’autres encore. Son domaine de prédilection reste avant tout la composition, cela sans compter sur les musiques de films pour des réalisateurs tels que Jacques Fansten, Emmanuel Salinger, etc…

1-Quelle est la recette de votre album JOY, récompensé aux Victoires du Jazz ?

C'est un album écrit sur mesure pour mon groupe "Caja Negra" qui a trouvé une vraie identité, un son qui lui est propre, au fil des concerts et des tournées.

Il est toujours rare de trouver une osmose entre musiciens d'origines différentes (jazz, musique latine, flamenco) c'est pourquoi lorsque j'ai pris conscience du trésor que j'avais sous la main, j'ai eu envie d'entendre de nouvelles musiques avec le son de Caja Negra. L'album s'appelait déjà "JOY" avant d'avoir écrit la moindre note. J'ai construit l'album comme une suite évoquant les 5 sens, ce qui m'a donné des idées extra-musicales, une inspiration et un solide fil conducteur. J'y évoque le processus de création, la recherche de l'émotion et l'amour de la musique.

Je voulais également plus d'intervention des chanteurs, alors j'ai cherché longuement des mélodies fortes et vocales. J'avais envie aussi de "pousser le bouchon" plus loin sur mon instrument en utilisant des rythmiques inédites ce qui a demandé un long travail de répétition.

2-C’est la première fois que vous êtes à l’affiche du Nice Jazz Festival ?

C'est la première fois que je suis programmé sous mon propre nom au Nice Jazz Festival, mais j'y ai déjà joué à plusieurs reprises avec le Nice Jazz Orchestra pour accompagner Michel Legrand, Roberta Gambarini, Richard Galliano ou encore avec le projet "Ultimo" d'André Ceccarelli et l'Orchestre Philharmonique de l'Opéra de Nice.

3-La Ville de Nice vous a confié l’organisation du concert GRANDE PARADE. En quoi cela consiste ?

Je dois former une équipe de 35 artistes de jazz niçois ou niçois expatriés à Paris ou à l'étranger.

La mission sera de rendre hommage aux grands noms du jazz qui ont marqué le festival.

4-Comment avez-vous choisi les musiciens ?

Nous nous sommes d'abord tournés vers les musiciens qui avaient participé aux 100 ans du Conservatoire de Région de Nice, liste que l'on a ensuite élargie au maximum en essayant de n'oublier personne. Ensuite parmi les musiciens qui ont répondu présents nous n'avons pas pu engager tout le monde, mais 35 musiciens seront sur scène pour "La Grande Parade" et les autres seront invités à faire la fête avec nous !

Les choix ont été faits dans l'idée d'avoir un maximum d'instruments représentés, mais aussi afin de réunir des artistes niçois issus de toutes les générations.

5-Seulement 3 femmes sur 35 musiciens. Comment expliquez-vous cela ?

Malheureusement les femmes sont très peu nombreuses dans le monde de jazz, elles ne représentent qu'un faible pourcentage d'une population musicale essentiellement masculine.

Il y a plusieurs raisons à cela : les jeunes ayant souvent un déclic en voulant s'identifier à un(e) artiste dont ils sont fans, ainsi, dans l'histoire du jazz, l'essentiel des femmes étant des chanteuses on se retrouve avec un monde musical à cette image. Je pense aussi que l'histoire du jazz a été faite principalement par des saxophonistes, trompettistes, trombonistes, batteurs, contrebassistes, bassistes, guitaristes, pianistes, et qu'à l'exception du piano, il s'agit d'instruments très majoritairement joués par des hommes, même en classique.

Il est clair que le monde du jazz étant essentiellement masculin, il peut être très difficile pour une femme d'y évoluer, mais en 2018 les mentalités ont évolué, nous ne sommes plus à l'âge de pierre et cela ne doit plus être un frein.

Mais, pourquoi y a-t'il si peu de femmes qui passent du classique au jazz ?

Pourtant c'est amusant d'improviser, d'inventer sa musique ! Etant professeur en cycle spécialisé et en supérieur, je fais le même constat, à part des chanteuses de temps en temps, parfois des pianistes il n'y pratiquement aucune femmes dans les classes de jazz.

Si on veut que cela change il faut que les professeurs, les conservatoires, encouragent les jeunes musiciennes à se frotter à la pratique du jazz, à venir jouer en atelier de jazz, en big band, à apprendre l'improvisation.

Si on met cela en place cette année, un programme pour favoriser la pratique du jazz des filles de 10 à 15 ans par exemple, on aura surement plus de femmes professionnelles à la batterie, au trombone, à la trompette dans 6 ou 7 ans.

6-Y aura-t-il des créations de plateaux spécifiques pour cet anniversaire ?

Il y aura des formations allant du quartet au big band et des formations spéciales pour entendre jouer en même temps les 5 pianistes, ou les 5 batteurs, ou encore les 5 bassistes ...

7-Pour vous, quels sont les musiciens les plus emblématiques de l’histoire de Nice et du Jazz ?

Pour moi, c'est ceux que j'ai vus dont j'étais fan :

Dizzy Gilespie, Count Basie Orchestra, Professor Longhair, Jerry Mulligan, John Lewis, Arnet Cobb, Lionel Hampton, Miles Davis, Mc Coy Tyner, Phil Woods, George Benson, Irakere, Joe Henderson, Freddie Hubbard

...

8-Vous êtes un artiste multi casquette. Quelle est votre activité la plus vitale?

Mon activité vitale, hors considérations financières, c'est écrire de la musique et la jouer.

> 9-Quels sont vos projets à court et moyen terme ?

Je suis en train de finir le 3ème album avec mon groupe "CAJA NEGRA" où j'ai fait un arrangement de la FAR EAST SUITE, dans son intégralité, de Duke Ellington. L'album sortira cet automne 2018 chez Cristal Records et Sony Music Entertainment.

Un 4ème album sera rapidement en projet avec une nouvelle formation en quintet dans laquelle j'inviterai l'excellent trompettiste suédois Anders Bergcrantz.